Vous faites de la compétition et quelque chose entrave vos performances, vous empêche de vivre votre sport comme vous le voudriez ? Ces séances vous sont destinées.

La performance requiert un fonctionnement global fluide. Un maillon se grippe et l’ensemble se dérègle
Les séances de préparation mentale, ont pour but de repérer et d’huiler les maillons grippés.
Baisse de motivation,  stress trop élevé, blessures à répétition, difficulté à gérer son sommeil, multiples sont les écueils. Les compétiteurs les évitent, les enjambent, les encaissent, prennent du recul, mettent en place des stratégies. Et à certains moments, ils sentent qu’avec un préparateur mental, ils iront plus vite et mieux.

LA PREPARATION MENTALE, COMMENT CA SE PASSE ?

Un coup de fil, un mail et je vous rappelle.
Vous me direz quel est votre sport, votre niveau et nous fixerons un premier RV.
Lors du premier rendez-vous, nous discuterons de votre sport.
Séances suivantes : les techniques utilisées dépendent des besoins de chaque compétiteur, de chaque situation.
Combien de séances seront-elles nécessaires ?
On peut faire de la préparation mentale à long terme mais souvent les sportifs choisissent de faire appel à un préparateur mental pour passer un cap. Statistiquement , ici, ce cap se passe au bout de 5, 6 séances. 
Durée  des séances : une heure.
Lieu : Lille ou à 10 minutes de Lille.
Fréquence : idéalement 1 séance par semaine (temps de réflexion/implication).
Confidentialité
: garantie.
Mineurs
: ce sont les sportifs qui doivent être en demande et non l’entourage.

EN SAVOIR + SUR DES NOTIONS DE PREPARATION MENTALE

DEROULEMENT DES SEANCES
ENTRETIEN DISCUSSION
OBJECTIF & MOTIVATION  – JEU – PLAISIR
ROUTINES DE PREPARATION 
IMAGERIE MENTALE – DIALOGUE INTERNE
RELATIONNEL FATIGUE  STRESS  
 FLOW – AUTOMATICITE
LITTERATURE  PREPA MENTALE
COMPRENDRE – DECULPABILISER

ENTRETIEN

Quand on est un compétiteur, comme dans la vie, on partage ses réflexions, ses interrogations avec son entourage familial, amical, professionnel ;  le débat, la parole, l’écoute, le partage, nourrissent la réflexion et on avance. Mais il y a certaines choses que l’on n’a pas envie de partager. Parler à l’entraîneur, au préparateur physique alors que tous deux participent aux sélections ? Parler à son entourage ? Est-ce qu’ils vont comprendre ? Prendre le risque d’entendre une énième fois des encouragements du type ‘ça va aller’, ‘concentre-toi’ ? Le préparateur mental est l’interlocuteur avec qui vous aller pour réfléchir, il vous aiguillera sur la bonne piste pour trouver avec vous des stratégies, à votre rythme. Rappel : les séances sont confidentielles (pour les mineurs aussi).

MOTIVATION  & OBJECTIFS

MOTIVATION : Quel est mon moteur ?
Qu’est-ce que j’aime dans la compétition ? 
Qu’est-ce que ça m’apporte aujourd’hui ? 

OBJECTIFS : mes objectifs sont-ils clairs ? 
Mon objectif principal est-il une source de motivation  ?

Etre prêt  

mentalement 

le jour J

RELAXATION 

Elle répond à plusieurs objectifs : 

  • Eliminer les tensions parasites,
  • Economiser l’énergie,
  • Récupérer + vite
  • Préparer aux séances d’imagerie
  • Améliorer la faculté de concentration
  • Améliorer les capacités d’attention
  • Mieux gérer son stress
  • Favoriser l’endormissement.
IMAGERIE MENTALE :

La faculté naturelle de visualisation (en image, en son, en sensation) est utilisée en préparation mentale avec les sportifs pour :
• Répéter un geste technique
• Anticiper une compétition
• Mémoriser les bonnes sensations
• Ancrer une situation de référence.

Les séquences d’imagerie débutent par de la relaxation : nos capacités de visualisation sont alors optimisées (relaxation = état de vigilance entre éveil et sommeil) 
Nb : dans nos rêves nous voyons des images parfaites).

LES  ROUTINES

En compétition, chaque joueur a une façon personnelle de se préparer, un rituel qu’il respecte : une ‘routine’. Ce temps de préparation lui permet d’aborder la compétition, dans le meilleur état d’esprit, sans perte d’énergie inutile.
Et vous, votre routine est-elle efficace ?

DIALOGUE INTERNE

Beaucoup de sportifs se parlent avant la compétition : une façon de se concentrer, de se caler sur la performance à venir.  Mais pas tous.

1 sportif : 1 situation

COMPETITION  ET  : 

FATIGUE

Pour mettre les bonnes actions en place, il est important de repérer quelle est la source majeure de la fatigue. Est-elle dû à :
> un mauvais équilibre alimentaire ?
> un surentraînement  ? (# compensation)
> une fatigue nerveuse (trop de pression, déception, difficulté relationnelle, etc.) 

RELATIONNEL

Les relations, dans le sport comme dans la vie, sont certainement la plus grande source de satisfaction mais aussi le point le plus délicat à gérer. Si avec certains co-équipiers, entraîneurs, etc. les choses se passe relativement facilement, avec d’autres, il est nécessaire de s’ajuster, de trouver un mode de fonctionnement pour que chacun puisse se sentir bien à sa place et puisse développer son meilleur jeu.

STRESS

Pression du public, manque de réussite, fatigue, blessures, tension dans l’équipe, perte de repères…
A haut niveau beaucoup de situations sont  potentiellement stressantes.
Quand la situation est perçue par le joueur comme ingérable – il ne trouve pas de solution par lui-même, auprès de son équipe, son entraineur, ses amis ou sa famille – le stress s’installe et d’innombrables signes peuvent apparaitre (mal de ventre,, mains moites, coeur qui s’emballe voix qui tremble, difficulté de concentration, difficulté de mémorisation, etc.).
Ces symptômes, eux-mêmes stressants, sont des alertes pour nous obliger à trouver une solution, à prendre une décision ; au final, ils nous protègent. 

COMPETITION  ET  SENSATION D’AUTOMATICITE  : 

LE ‘FLOW’

 Le ‘Flow’ est mythique (the zone) et de nombreux préparateurs ont tenté de le caractériser : Daniel Goleman, Christine Le Scanff, James Loehr, Janet Young, Csikszentmihalyi, etc.
Weinberg-Gould (1992) suite à l’interview d’athlètes le caractérise ainsi :
« Une immersion complète dans l’activité », qui « isole du reste du monde ».
« Une sensation de contrôle, de perfection et d’efficacité maximale ».
« Des objectifs extérieurs à l’activité »
« Une impression de facilité »
« Une impression de plaisir »

Mythique mais pas systématique…Richard Cox (2005) précise qu’un athlète peut battre son record, gagner sans pour atteindre cet état de grâce et qu’à contrario il est possible d’être dans l’état de grâce sans atteindre sa meilleure performance.

« Le talent gagne les matches, mais le travail d’équipe et le mental remportent les championnats. » Michaël Jordan, ancien basketteur.

DES LIVRES POUR ALLER + LOIN :

LITTERATURE EN PREPARATION MENTALE EN SPORT

•  150 petites expériences de psychologie du sport, pour mieux comprendre les champions… et les autres. 2007. D’Yvan Paquet, Pascal Legrain, Elisabeth Rosnet et Stéphane Rusinek. Ed. : Dunod. Ce livre propose 60 fiches et 100 comptes-rendus d’expériences menées en laboratoire ou sur le terrain pour comprendre… les mécanismes mentaux et physiques des sportifs de haut niveau… et des autres. 
• Piloter sa vie en champion. 1998. Guy Missoum et Jean-Marc Lhabouz. Editeur: L’âge du Verseau. En interrogeant les « champions » du plus haut niveau, les auteurs ont cherché à comprendre les ressorts secrets de leurs stratégies et de leurs victoires. Voyageant ainsi au coeur du succès, ils se sont introduits à l’intérieur du software mental des « gagnants ». 
• S’entraîner à perdre, Guide pas pratique. 2006. Olivier Guidi. Ed. Dumental, 130 pages – 2006. « S’entraîner à perdre, Guide pas pratique » est un petit traité truculent qui se lit comme un roman. Olivier Guidi prend le parti pris de nous exposer les vertus de l’échec en se référant à de multiples exemples et anecdotes. Ce petit livre (130 pages) s’adresse à tous ceux qui aiment le sport et qui souhaitent mener une réflexion sur cette notion au combien complexe de la réussite, réflexion étayée de nombreuses citations et proverbes.

LITTERATURE EN PSYCHOTHERAPIE :
Pourquoi citer des ouvrages de psychothérapies dans la section ‘préparation mentale du sportif’ ? 
Parce que les 2 domaines sont voisins et que les livres ci-dessous, encore plus que ceux de préparation mentale, peuvent vous aider à avancer.
La particularité des ouvrages de Irvin Yalom : ils vous donnent de la joie, des clés pour comprendre la psyché humaine, vous enlève le poids de la culpabilité et vous amène sur le chemin ultra gratifiant de la progression personnelle.


Psychiatre américain, Irvin Yalom est né à Washington en 1931 de parents russes. Docteur en médecine depuis 1956 et professeur émérite de psychiatrie à Stanford depuis 1994, il a mené de front une double carrière de psychiatre et d’animateur de thérapies de groupe.

• Le bourreau de l’amour, histoires de psychothérapie. Editeur : Galaade, 2005.(Love’s executioner & other tales of psychotherapy, 1989)
• Mensonges sur le divan. Galaade, 2006.(Lying on the Couch, 1996) 
• Et Nietzsche a pleuré. Editeur : Galaade, 2007.(When Nietzsche wept, 1992)
• La malédiction du chat hongrois. Editeur : Galaade, 2007.(Momma and the meaning of life, 1999)
• La méthode Schopenhauer. Editeur : Galaade, 2005.(The Schopenhauer cure, 2005)
• Le jardin d’Epicure – Regarder le soleil en face. Editeur : Galaade, 2009.(Staring at the sun, 2008
• Le Problème Spinoza. Editeur : Galaade, 2012.(The Spinoza problem, 2012) 
• Créatures d’un jour. Editeur : Galaade, 2015.(Creatures of a Day & other tales of psychotherapy, 2015)