Quand on est en bonne santé, notre organisme, dont l’objectif principal est le maintien à l’équilibre (homéostasie)nous envoie des informations fiables issues d’un réseau interne complexe. Inondés d’informations nous en oublions un principe de base : manger quand on a faim, boire quand on a soif…& Bouger. Inutile de se forcer à boire si on n’a pas soif (la surhydratation à des effets néfastes – site web-), à manger si on n’a pas faim. Manger le matin ? Oui si on a faim. Sinon mieux vaut se préparer un encas équilibré et le manger au moment où on l’appréciera. Le mieux : commencer par alléger le repas du soir pour mieux dormir. Notre appétit du matin s’en ressentira aussi. Les règles alimentaires (Horaire / nombre de repas / type d’aliments) dépendent étroitement de la culture, l’éducation, les règles sociales : • Tradition française : 3 repas copieux avec ‘interdiction formelle de grignoter entre les repas !’ • 2 repas complets + 3 mini repas en Asie. Quelques nouvelles pistes françaises : • 3 repas + 2 collations (matinée et après-midi) • Prendre du plaisir à manger • Manger tranquillement • Rectifier l'équilibre alimentaire en évitant la frustration. Et l’envie de bouger, de se dépenser ? Evidente quand on est enfant, cette envie est souvent réfrénée à l’âge adulte. Se dépenser physiquement n’est encore que peu admis, proposé, intégré dans le monde du travail. Le résultat est une accumulation de fatigue générale, qu’il est bon d’éliminer (au minimum en allant marcher 20 minutes).
Evident ?! Et pourtant...